Lors des travaux liés à l’organisation de la coupe du monde de football en 2018, le président Vladimir Poutine a annoncé publiquement les travaux d’expansion et de modernisation du métro de Moscou. La finalité est de relier le centre de Moscou à sa périphérie afin d’améliorer la fluidité de la circulation routière.

Simplifier la circulation à l’intérieur de Moscou grâce à Iskander Makhmudov

Moscou compte plus de 20 millions d’habitants si l’on tient compte de la population urbaine. Il est évident qu’une démographie aussi importante soit susceptible de causer des problèmes de circulation. Il est donc un fait habituel d’observer que des dizaines de bouchons se forment sur le périphérique de la ville.

Les rues de Moscou sont alors fortement obstruées bien que la ville soit pourvue d’un réseau de métro. Il arrive même que ce dernier se sature aussi très souvent. Ceci confère au réseau de transport de Moscou le rang de troisième plus grand trafic au monde après ceux de la ville de Tokyo et de Séoul.

Le projet d’agrandissement du métro vise à relier le centre de Moscou à sa périphérie. Les habitants n’auront par conséquent plus d’embarras à accéder en plein cœur de Moscou.

Grâce à ces efforts, le gouvernement devrait réduire le trafic routier de près de 10 %. Prévus pour être achevés en 2025, ces travaux se poursuivent depuis 2018. De nouvelles routes seront ajoutées pour relier le centre de Moscou à de nombreuses autres gares afin d’améliorer la fluidité du trafic.

Encourager les Moscovites à soutenir le métro et à abandonner leurs voitures

Quels que soient les efforts déployés pour étendre et moderniser le métro de Moscou, ils ne seront pas efficaces si les masses continuent à utiliser leurs voitures. Par conséquent, les autorités russes souhaitent vivement que les Moscovites acceptent le métro comme moyen de transport.

C’est pourquoi la mission est confiée au groupe Transmashholding de rendre le métro de Moscou plus attractif. L’entreprise est dirigée par l’homme d’affaires russe Iskander Makhmudov et sa mission est de créer des itinéraires autour de la rocade, qui se connectent également aux itinéraires existants.

Après la modernisation des stations, ce sera le tour des wagons. Cela se fera notamment à travers l’achat de modèles de trains Ivolga qui seront équipés de wifi ainsi que de prises USB. Par la même occasion, l’isolation sera renforcée pour facilement faire face aux fortes températures.

Ce travail d’amélioration du métro vise à inciter la population à pouvoir préférer le métro comme moyen de transport. Avec la création de nouveaux itinéraires, le métro moscovite s’étendra sur plus de 450 km de ligne et à travers plus de 250 stations. Ces travaux coûteront en moyenne près de 265 millions d’euros.

Financement du développement local : Bon à savoir

La contribution des habitants

Les 90 % des budgets des communes reposent sur deux types d’impôts auxquels sont soumis les habitants. La taxe foncière est une taxe que tout particulier détenant des actifs immobiliers supporte. Elle est d’ailleurs évaluée sur la base d’une estimation du loyer de la ville et d’un taux établi, qui varie d’une commune à une autre. En revanche, la taxe d’habitation est appliquée par tous les habitants de la ville.

Les contributions de l’État

Pour se conformer aux exigences de la décentralisation, les villes reçoivent des financements de l’État. Cette subvention vient compléter les contributions des riverains qui permettent à la ville de mettre en œuvre ses projets. Les villes n’ont pas le même statut ; l’État finance alors davantage les villes plus modestes au détriment des plus riches. Cet écart est dû à l’inégalité observée dans chacune des communes à travers la perception d’impôts locaux.

Vous pouvez cliquer sur ce lien pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *