Acronyme de Défibrillateur Automatisés Externes, le DAE est un appareil portatif dont la fonction est de réanimer le cœur en cas d’attaque. Les deux électrodes qui le constituent servent à transmettre au cœur un choc électrique suffisant pour réanimer le patient.

L’ensemble est alimenté par une batterie légère et puissante pour tenir durant l’intervention. En cas d’arrêt cardiaque, les électrodes du DAE sont apposées sur la poitrine du patient pour conduire le choc électrique. Comment fonctionne cet équipement ? Combien de DAE existent sur le marché ?

Le fonctionnement d’un DAE

La fonction principale d’un DAE est d’évaluer le rythme cardiaque du patient afin de déceler s’il est sujet à des perturbations. Communément appelé arrêt cardiaque si le constat est avéré, le DAE sert à envoyer un choc électrique au cœur. L’objectif est d’arrêter brièvement l’organe qui contrôle le sang afin qu’il redémarre à un rythme normal. Le premier choc ne réussit pas toujours dès le premier coup. L’intervenant doit pratiquer durant deux minutes des gestes de réanimation avant d’utiliser à nouveau le DAE pour le second choc. Les différents chocs thoraciques servent à corriger la circulation du sang dans le cœur, ce qui amplifie l’activité électrique et augmente le pourcentage de réussite pour le choc suivant.

Les différents types DAE

Autant il y a de secteurs d’activités, autant il faut prévoir de DAE. C’est le cas des DAE domestiques, pour clubs de sport et pour sociétés. Certains modèles de DAE dont une indication sur le niveau de réanimation du sujet. Toutefois, si vous envisagez d’acquérir un DAE dans les jours à venir, voici des précisions pour choisir le modèle adapté à votre situation. Les appareils médicaux DAE possèdent l’inscription CE comme exigé par la loi CE 93/42/CEE régissant leur commercialisation dans le pays.

En réalité, il n’existe que deux types de DAE, l’un est semi-automatique, le second est entièrement automatisé. Ces équipements sont faciles à manipuler même par les non-médecins depuis l’arrêté du 4 mai 2007. La plupart des structures préfèrent acheter les DAE semi-automatisés pour son mode de fonctionnement. D’emblée, il faut noter que le DAE ne sert à rien si les battements du cœur s’estompent. Dans un premier temps, l’équipement vérifie s’il y’a fibrillation ventriculaire et corrige l’anomalie si le diagnostic est positif. Le test obligatoire détermine la suite des opérations. En cas d’irrégularité du rythme cardiaque, l’équipement délivre le choc électrique avec comme exigence le retrait des mains sur le patient.

L’avantage du défibrillateur semi-automatisé sur l’automatique se situe à ce niveau. Le premier modèle exige une action externe pour enclencher l’envoi du choc électrique, ce qui lui laisse le temps de retirer les mains du patient et de limiter les pertes lors du choc, ce qui n’est pas possible avec un DAE à 100 % automatique. Ce fonctionnement est plus pratique, augmente le taux de réussite de réanimations en cas d’arrêt cardiaque.