Quels sont les avantages de faire de la conduite accompagnée ?

La conduite accompagnée consiste principalement à préparer le jeune conducteur pour passer les épreuves d’obtention du permis. Le suivi permet de renforcer les bases pour gagner plus de confiance en soi. Cela lui permettra d’assurer, par la suite, un accès au titre d’habilitation.

En général, cette méthode d’entrainement procure beaucoup d’avantages tant à l’apprenant qu’aux usagers de la route. Toutefois, cette présente quelques inconvénients à prendre en considération. Cet article vous aidera à peser le pour et le contre de la conduite accompagnée.

De quoi s’agit-il exactement ?

Au sens strict, ce moyen d’apprentissage correspond à un système d’anticipation de la conduite. La conduite accompagnée permet principalement d’aider les jeunes dans l’application du code de la route en temps réel. Pour mieux comprendre ce concept, vous devez prendre en compte les personnes concernées, les obligations que cette méthode entraine ainsi que son déroulement.

Les personnes concernées

La conduite accompagnée permet d’appuyer l’apprentissage du jeune dès ses 15 ans. Cette conduite possède une durée maximum de 2 ans. Ainsi, ce principe permettra aux jeunes d’accéder à l’épreuve d’obtention du titre à 17 ans et demi. Cependant, il ne pourra conduire seul qu’à l’âge de 18 ans.

Cette méthode est réservée à la catégorie B. Le jeune pourra ainsi conduire une voiture avec 9 places assises, avec un poids inférieur à 3,5 T.

En ce qui concerne l’accompagnateur, il doit posséder un permis B d’au moins 5 ans. Un accompagnateur doit aussi demander l’accord d’un assureur pour obtenir l’autorisation d’apprendre. En cas d’accident, en effet, c’est l’accompagnateur qui est tenu responsable du jeune apprenti.

Le déroulement d’une conduite accompagnée

Tout d’abord, la conduite accompagnée précède un programme de formation dans une auto-école. Cette dernière dure généralement 20 heures au minimum.

Ensuite, l’auto-école effectue un suivi régulier sur les progrès de l’apprentissage. Cela constitue généralement 2 types de rendez-vous. Le premier se tient à 4 ou 6 mois après la formation et le deuxième aura lieu après un parcours de 3000 km en conduite accompagnée.

Les obligations à respecter

Lors de la conduite, la vitesse doit se limiter à 50 km/h en ville et à 110 km/h sur les autoroutes. Le véhicule d’apprentissage doit obligatoirement s’équiper d’un signe d’indication. L’accompagnateur doit posséder un livret d’apprentissage, un formulaire de demande de permis et un avis spécifique de l’assureur.

Quels sont ses avantages ?

Les raisons de d’avoir recours à la conduite accompagnée présentent des avantages conséquents.

  • Premièrement, la conduite accompagnée permet de limiter les accidents de la route. Cette méthode constitue un parcours 3000 km et procure une expérience probante. Ce qui réduit les risques d’accident de 25 %.
  • Ensuite, la conduite accompagnée permet de diminuer la période de probation à 2 ans. Exempte d’infraction, elle permet aussi d’accumuler 3 points sur une année. Elle facilite largement l’apprentissage de conduite.
  • Cette approche favorise l’accès à une assurance à tarif avantageux. Elle garantit une confiance conséquente des assureurs. Ainsi, le conducteur peut obtenir une réduction jusqu’à 50 % pendant la première année de conduite.

Quels sont les inconvénients ?

Malgré ces avantages, la conduite accompagnée demande un laps de temps considérable. Elle requiert deux années d’apprentissage pour aboutir à la liberté de conduite.

Les parents servent aussi souvent d’accompagnateur. Cela peut réduire l’efficacité du jeune à cause des risques dus généralement à la panique comme le non-respect du code de la route ou une faute pendant la conduite.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *