Pourquoi nos cheveux crépus sont-ils si fragiles ?

C’est une question que je me pose à chaque fois que je me peigne les cheveux. La réponse est assez simple. Nos cheveux sont adaptés aux conditions climatiques des latitudes tropicales et équatoriales. Leur fragilité est la conséquence de leur forme.

En effet, c’est justement leur texture, si utile pour nous protéger des insolations, qui est responsable de leur grande fragilité. Vous le savez déjà sûrement, mais les cheveux crépus sont le type de cheveux le plus fragile.

Etant donné que son diamètre n’est pas égal sur toute sa longueur, et qu’en plus il tourne sur lui-même, le cheveu crépu se casse extrêmement facilement. Nos cheveux sont également 16 fois plus sujets aux noeuds que les cheveux lisses caucasiens ou asiatiques.

C’est donc exactement pour cela que nous avons besoin d’en prendre un soin particulier. D’autant qu’en plus de casser plus vite, ils repoussent également moins vite que tous les autres types de cheveux.

Prendre soin de nos cheveux crépus est une activité délicate

Avec des cheveux aussi noueux et aussi fragiles, même le peignage devient une activité qui demande de l’adresse. Pourquoi ? Parce que nos chevelures perdent, durant le peignage, 50% de fois plus de cheveux que les chevelures caucasienne et jusqu’à 85% de fois plus que les chevelures asiatiques, de loin les plus résistantes.

Pour éviter d’en arriver à ce résultat, mieux vaut commencer par démêler ses cheveux avant de les peigner. Ce qui demande indéniablement une technique bien rodée que je vais partager avec vous.

Tout d’abord, il convient d’humidifier vos cheveux avec les doigts en défaisant délicatement les plus gros noeuds. Ensuite, il convient d’utiliser une technique de peignage qui est la moins agressive possible pour nos cheveux. Le crêpage est donc à proscrire.

Arrêtez absolument le crêpage

Peigner ses cheveux à rebrousse-poil est une pratique que vous devez éviter au maximum. La raison en est très simple : le crêpage va porter atteinte à vos cuticules. Vous prenez même le risque de dénuder totalement votre cheveu de cette protection.

Faut-il pour autant dire adieu à la prise de volume ? Pas forcément. Si cette technique vous est chère et que vous ne vous imaginez pas un seul instant l’arrêter, je vais vous expliquer comment la pratiquer de la meilleure des manières possible : coiffez à la base des cheveux et jamais au niveau des pointes. Plus vous êtes près de la racine plus votre cheveu est encore résistant. Surtout, choisissez un peigne adapté.

Utiliser un peigne adapté est important

Combinez cela avec un peigne d’excellente qualité. Le peigne en plastique premier prix de l’échoppe du coin n’est pas du tout une bonne idée. A mon sens, les meilleurs peignes à utiliser pour les cheveux crépus sont les peignes en corne. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’ils sont toujours les peignes les plus utilisés en Afrique. Ne croyez pas que c’est par un manque de plastique.

Pourquoi le peigne en corne ? Car sa texture lui permet de glisser plus facilement le long de nos cheveux. Sachant que nous sommes particulièrement sujets aux noeuds, vous comprenez sans peine tout l’intérêt de cette caractéristique. Limiter la friction entre le peigne et les cheveux limite par là-même la détérioration du cuticule. Mieux, le peigne en corne ne produit pas d’électricité statique, au contraire du peigne en plastique. Finis, donc, les cheveux hérissés après le peignage.

Pour vous assurer une qualité de peignage maximale, préférez les peignes dont les dents sont écartées d’un centimètre. Cet écartement va permettre, dans un premier temps de démêler nos cheveux plus aisément. Ce n’est qu’ensuite que l’on va pouvoir passer d’un écartement de un centimètre à un écartement d’environ un millimètre et demi. Prenez enfin un soin particulier de ce matériel.

Comment bien entretenir son peigne ?

Pour bien entretenir votre peigne, vous devez :

– ne pas utiliser de détergeant pour le nettoyer. Les gels douche et les shampooings sont donc à proscrire,

– Ne pas appliquer un produit acide,

– Ne pas stocker votre peigne près d’un chauffage car il se détériore avec les chaleurs trop excessives,

– Eviter de le laisser dans l’humidité. Il vaut donc mieux le ranger dans l’armoire que de le laisser traîner sur le lavabo.

Cette problématique du crêpage n’est pas propre aux cheveux crépus, c’est pourquoi nous devons faire d’autant plus attention.

Une alopécie de traction due aux chignons chez les groenlandaises et aux nattes chez les japonaises

La casse de nos cheveux dans le cadre du peignage est directement due à ce que l’on appelle dans le jargon médical, une alopécie de traction. Nous ne sommes pas les seules, avec nos cheveux crépus, à être concernées par cette dure réalité.

Ainsi, un dermatologue autrichien dénommé Trebisch s’est rendu compte que les groenlandaise étaient particulièrement concernées par une forme d’alopécie bien particulière. C’est en observant leurs coutumes, et plus particulièrement leur coiffure nationale, qu’il comprit que leur symptôme provenait de la pratique du chignon !

A force de tirer leurs cheveux en arrière, ces derniers finissaient par être arrachés. Ce ne sont pas les seules. Les Japonaises, qui ont pourtant des cheveux de type asiatique, cheveux les plus résistant de l’espèce humaine, ont également beaucoup souffert d’alopécie de traction. Ce n’était pas du fait des chignons mais bel et bien des nattes.

C’est pourquoi, nos cheveux étant plus fragiles que ceux des Groenlandaises, et surtout que ceux des Japonaises, que nous devons faire attention lorsque nous nous peignons mais également lorsque nous nous tressons. Vous savez maintenant encore un peu mieux comment prendre soin de nos cheveux si fragiles.