vin de corse

Dans le cadre de son Grand Tour alternatif, au milieu des années 1750, James Boswell, biographe du Dr Johnson, se rendit en Corse. Il y apprend deux choses : la première concerne le danger de faire des avances amoureuses aux dames locales ; la seconde est que le vin de l’île est plutôt bon à boire. “Dans certains villages, on fait un vin doux et riche… (dans d’autres) on fait un vin très semblable au Bourgogne… Dans toute l’île, il y a des vins de différentes sortes. C’est en effet merveilleux, quelle différence une petite variation de sol ou d’exposition peut faire dans le goût du vin. Le jus des raisins corses est si généreux… il plaira toujours par sa saveur naturelle.”

Boswell n’est cependant pas le seul homme de lettres à commenter le vin corse. Le poète romain Martial l’a décrit comme un “poison noir”, tandis que Hemingway, dans A Moveable Feast, a fait une remarque sur sa puissance : “Nous avions un vin corse qui avait une grande autorité et un prix bas. C’était un vin très corsé et on pouvait le diluer de moitié avec de l’eau et recevoir quand même son message.”

Des trois, c’est Boswell qui a été le plus proche de la description du vin corse d’aujourd’hui, et certains de ses commentaires sont étonnamment perspicaces, comme nous le verrons plus loin.

Un guide du vin corse

La viticulture corse remonte à plus de 2 500 ans, lorsque les colons phéniciens ont planté les premières vignes. Depuis lors, les viticulteurs de l’île ont connu des vicissitudes, mais aussi de bons moments. La production a été interdite par les Arabes au 8e siècle, mais elle a été relancée par Napoléon, qui a accordé au vin corse un statut d’exemption fiscale. Plus tard, au milieu du XIXe siècle, la plupart des anciennes vignes de l’île ont été détruites par le phylloxéra, un revers dévastateur qui a touché toute la France. Un siècle plus tard, dans les années 1960, les pieds-noirs réinstallés d’Algérie ont commencé à planter des vignes et à produire de grandes quantités de vin de faible qualité. Au cours des dernières décennies, cependant, la qualité a définitivement dépassé la quantité et le vin corse reçoit désormais la reconnaissance internationale qu’il mérite. Comme Jane Anson l’a écrit dans Décanter au début de 2017, la Corse fait “actuellement partie des destinations viticoles les plus excitantes de France.”

Comme Boswell l’a correctement laissé entendre, la Corse peut se targuer d’une grande diversité de terroirs, depuis les basses terres argilo-calcaires cuites au soleil du nord-ouest, jusqu’aux sols riches en granit et battus par les vents des montagnes au-dessus d’Ajaccio. Les importantes variations de climat, d’altitude et de type de sol permettent à l’île de produire une large gamme de vins de caractère à partir d’un nombre assez limité de cépages, dont les plus importants sont le Nielluccio (Sangiovese), le Sciacarello (Mammolo) et le Vermentino (Favorita).

La plupart des meilleurs vins de Corse sont produits conformément aux règlements d’un vin de pays (Île de Beauté) et de neuf régions AOC (appellation d’origine contrôlée) : Vin de Corse, une appellation générique qui comprend les sous-appellations Vin des Corse-Coteaux du Cap Corse, Vin de Corse-Calvi, Vin de Corse Porto-Vecchio, Vin de Corse Sartène et Vin de Corse-Figari ; Patrimonio (l’AOC la plus ancienne et la plus prestigieuse, située dans le nord-ouest et produisant des rouges fins à base de Nielluccio et des blancs croquants à base de Vermentino) ; Ajaccio (dont certains vignobles sont situés à une altitude de 600 m au-dessus du niveau de la mer) ; et Muscat du Cap Corse (un vin doux naturel).

Les vins rouges

La plupart des vins rouges contiennent une forte proportion de raisins Nielluccio ou Sciacarello, mélangés à de plus petites quantités de Grenache, Barbarossa, Cinsault et Carignan. Il est inhabituel que des raisins blancs Vermentino soient également utilisés dans certains vins rouges.

Les vins blancs

Les blancs contiennent une grande proportion de Vermentino (100% dans le cas de l’AOC Patrimonio) avec l’ajout occasionnel d’Ugni Blanc et d’autres variétés.

Les vins rosés

Une caractéristique intrigante et peut-être inhabituelle du vin corse est que l’on estime que 50 % de la production totale de l’île est constituée de vins rosés (principalement élaborés à partir de raisins Nielluccio et Sciacarello, mélangés à de petites quantités d’autres variétés, de Vermentino rouge et blanc).

La plupart des vignobles de Corse sont ouverts au public et il n’est souvent pas nécessaire de réserver (mais il est toujours sage de téléphoner à l’avance si vous faites un voyage spécial). L’un des nombreux avantages d’aller directement chez le producteur est que le vin acheté directement dans les vignobles est exonéré de TVA, ce qui vous donne une réduction automatique de 10 % sur les prix en magasin. Une bonne façon de faire le plein de vin pour les vacances.

Plus d’infos: https://www.incorsicamag.com/actualite-corse/