Pendant près de 40 ans, le monde avait fait face à la montée de la puissance de la Chine parmi le rang des puissances mondiales. Le pays se caractérise par la montée en puissancde de son économie de manière fulgurante. Au cours des 20 dernières années, le PIB par habitant en Chine avait connu une hausse de 9%, et la tendance reste stationnaire. Cependant, en 2018, l’économie chinoise avait stagné, contrairement aux années précédentes. Ce ralentissement risque en effet d’être senti au niveau mondial, d’autant plus que les signes d’essoufflement deviennent de plus en plus évidents. Comment cette baisse de l’économie chinoise impactera-t-elle l’économie mondiale ? Découvrez les explications dans ce qui suit.

Une baisse des exportations

L’économie chinoise malgré sa présence sur la scène internationale est aussi impactée par la crise, d’autant plus que cette montée en puissance présente des signes d’affaiblissement. Cela est sans aucun doute dû au recul des mouvements migratoires des travailleurs ruraux vers les zones urbaines est en partie à l’origine de cette tendance baissière.

A noter qu’au cours de ces années, cette main d’œuvre pas chère a évolué largement, notamment pour ce qui est des compétences, ce qui entraîna également l’augmentation des salaires. De ce fait, les biens destinés à l’exportation ont également connu une hausse au niveau de leur prix de revient, entrainant la baisse des produits exportés. Cette baisse avait été constatée en 2018, contrairement à ce qui s’est passé au cours de ces trois décennies. Vienne se rajouter au tableau laes sanctions commerciales que les Etats-Unis ont annoncé sous le règne de Trump, ce qui n’est pas en passa d’améliorer la donne.

D’autres phénomènes à pointer du doigt

La croissance économique chinoise est également affaiblie suite à d’autres problèmes tels qu’un recul de la construction, le vieillissement de la population et l’augmentation de la dette. Un recul enregistré au niveau des chantiers liés à la construction contribue en même temps à cette régression. Etant donné que le secteur avait été longtemps porté par les crédits, cette stagnation risque de peser lourd sur l’économie nationale. Qui plus est, la Chine reste le plus avec un taux d’endettement le plus élevé en Asie. En 10 ans, cela a évolué de 146 % du PIB en 2008, pour atteindre les 250 % du PIB en 2018.

Cet endettement concerne aussi bien la dette publique que les prêts souscrits par les entreprises et les ménages, à savoir les crédits à la consommation et regroupement de crédits. Le pays risque également de se retrouver face à une bulle immobilière qui pourra exposée le pays à la même crise sans précédente que les Etats-Unis ont connu en 2008.

Outre tous ces points, le vieillissement de la population contribue également au ralentissement de l’économie chinoise. Cela résulte certainement de la politique de l’enfant unique. Depuis 2015, la population en âge de travailler ne cesse de décroître ce qui ne s’arrangera pas avec le temps.

Qu’en est-il de l’économie mondiale ?

Si l’économie chinoise tend à s’essouffler, cela aura un impact réel sur l’économie mondiale malgré le fait que le pays est en faible connexion financière avec les autres pays suite à une réglementation accrue sur la sortie des capitaux. Les impacts seront moins importants, mais peuvent déstabiliser l’économie mondiale. Cela se traduit certainement par l’importation des matières premières étant donné que la Chine c’est le premier importateur de matières premières à travers le monde. Les plus touchés seront certainement les pays producteurs qui sont en partenariat avec la Chine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *