Pourvoir proposer un lait de qualité est un enjeu majeur pour les producteurs de la filière laitière. De la ferme jusqu’à la laiterie, la qualité de leur produit est jugée sur un certain nombre de critères. Il est dans l’intérêt des producteurs de fournir la meilleure qualité possible depuis la loi Godefroy qui a instauré le paiement à la qualité du lait.

Production laitière et suivi de la qualité du lait

Devant répondre aux normes d’hygiène européenne, le lait qui sera proposé sur le marché doit répondre à trois objectifs :

  • il doit être sain, c’est-à-dire apte à la consommation avec notamment de contrôle de certains éléments afin de contrôler la propreté des élevages et la santé des vaches ;
  • Il doit être transformable : la composition variant selon l’alimentation donnée aux animaux, une standardisation de sa composition peut être …;
  • Il doit suivre de manière fiable la chaîne de qualité pour assurer une traçabilité des produits et ainsi satisfaire pleinement les consommateurs.

Il existe de nombreux critères de qualité du lait (matière grasse : 38g par litre, matière protéique : 32g par litre, absence de résidus d’antibiotiques, aucune eau ajoutée, etc.). L’analyse de la qualité du lait est normé et réglementé. Elle est réalisée par des laboratoires interprofessionnels (indépendants et impartiaux).

Ces laboratoires doivent garantir l’équité et la fiabilité des analyses réalisées.

Le cniel (centre national interprofessionnel de l’économie laitière) assure la qualité des prélèvements et des analyses tout au long du parcours du lait jusqu’à l’obtention des résultats. Les chauffeurs laitiers sont formés pour faire les collectes et le prélèvement d’un échantillon au cours de leur tournée.

La chaine du froid est respectée tout au long du transport afin que les résultats reflètent l’état du lait au moment de sa livraison. Une fois que toutes les analyses ont été effectuées, les résultats sont envoyés à l’éleveur et à l’entreprise laitière.

Infolabo : un système informatique d’échange de données

Créé en 2006, infolabo est un système informatique permettant à chaque partie concernée de connaître rapidement les résulats des analyses mais également de remonter l’historique des analyses passées.

Avec au moins quatre contrôles par mois, infolabo a révolutionné le quotidien des éleveurs. En effet, les résultats sont transmis par sms, via le site internet ou par email.

Côté producteur, il permet une consultation rapide des résultats et permet de prendre rapidement des mesures lorsque les résultats ne sont pas satisfaisants. Et côté laiterie, il permet l’harmonisation des informations lorsque celle-ci travaille avec différents laboratoires.

La moyenne des résultats obtenus permet de déterminer le paiement du lait. Plus un lait sera de qualité et mieux l’éleveur sera payé.

Une procédure gagnante pour toutes les parties prenantes

Depuis la loi Godefroy, le paiement du lait au producteur se fait donc en fonction de la qualité du produit fourni. Cela permet de garantir une qualité hygiénique et sanitaire tout au long de la chaine de production. Depuis, une grille des classements de lait s’est rajoutée pour déterminer les critères de qualité.

Cette démarche dans sa transparence et sa fiabilité permet à toutes les parties concernées de trouver son bonheur :

  • l’éleveur/producteur, grâce au suivi de la qualité de son lait pourra faire le nécessaire pour produire toujours du lait de qualité et de composition constante. Il sera payé au juste prix;
  • les laiteries auront du lait cru de qualité pour toutes les transformations nécessaires ;
  • le consommateur bénéficiera des meilleurs produits sur le marché.

De la vache à la consommation dans les ménages, le lait subit donc un bon nombre de test et de transformations pour se conformer aux attentes du consommateur et lui proposer un produit de qualité et sain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *