L’élagage d’un arbre consiste à le dépouiller des branches superflues dans le but d’aider le végétal à mieux se développer et optimiser en même temps ses ressources et dépenses énergétiques. En principe, il est effectué de manière à ce que la taille de l’arbre soit régulière, en respectant la forme de ce dernier et de telle façon que l’arbre autour a sa place et ne soit pas gêné. Cependant, il faut savoir que c’est une intervention à risque.

Les techniques d’élagage

Pour élaguer un arbre, divers techniques peuvent être utilisés par un professionnel comme cet élagueur dans le 01. La première est l’élagage à taille douce et raisonnée, une technique visant à couper régulièrement les branches indésirables avant leurs croissances. De plus, cette dernière vise aussi à harmoniser la couronne de l’arbre. Toutefois, pour éviter l’attaque des moisissures et des champignons, la section des branches taillées à l’aide de cette technique ne devraient jamais dépasser les 3 cm de diamètre.

La seconde est l’élagage à taille sévère et ponctuelle ayant pour objectif principal de modifier radicalement la structure de l’arbre. En principe, cette technique vise à blesser l’arbre en touchant à sa structure, cependant, ce dernier ne devrait pas subir un diamètre de coupure trop importante. En effet, comme la  technique précédente, ce genre de taille important favorise l’apparition de moisissures, de champignons et divers maladies pouvant porter préjudice à la santé de l’arbre et sa longévité.

L’élagage en marotte est la troisième technique d’élagage. Tout d’abord, il faut savoir que c’est une technique d’élagage pluriannuelle. Ensuite, cette dernière limite le développement d’un arbre de façon à lui maintenir une forme donnée et lui procure une repousse des rejets largement plus rapide. Enfin, cette technique est uniquement réservée à certaines essences d’arbres comme les tilleuls, les saules, les platanes, les mûriers, les érables et les charmes. Notons toutefois que, pour un arbre, la marotte est en fait une boule au bout d’une branche et qui a été créée par l’accumulation des tailles de rejets au même endroit.

Les risques lors de l’élagage

Le principal risque de l’élagage sur l’arbre est sa contribution à la prolifération de champignons pathogènes, de moisissures et de maladies. En effet, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, les blessures importantes suite à cette opération sont néfastes pour le végétal.

Hormis cela, il y a aussi les risques professionnels qui peuvent survenir lors de cette opération d’entretien. Tout d’abord, il y a les risques liés aux EPI (Equipement de Protection Individuel) défectueux. Sans vérification de l’état et de la qualité de ces dernières, des accidents peuvent soudainement se produire, comme le fait qu’une corde présentant des coupures suites à ses diverses utilisations peut se rompre brusquement. Cette situation va alors mettre le travailleur en danger, quitte à le faire tomber du haut de l’arbre et le tuer.

Ensuite, l’utilisation des outils de coupe comme la tronçonneuse présente aussi des risques. En effet, cette dernière est certes très efficace mais sa manipulation s’avère être des plus difficiles et dangereuses. Par conséquent il est préférable de laisser son utilisation à des professionnels qui ont été formés pour.

Après, il y a les risques liés aux conditions d’intervention comme la présence de fils électriques aériennes. En effet, si jamais l’élagueur entre en contact avec l’une de ces fils, il risque de mourir électrocuté. En plus des fils, il y aussi la possibilité que les branches de l’arbre soient si fragile qu’elles se cassent lorsque le travailleur s’y appui.

Enfin, une mauvaise signalisation des zones d’intervention peut avoir de lourdes conséquences. En effet, pour ce genre d’intervention, il faut toujours délimiter un périmètre de sécurité. Ce dernier comprendra tous les lieux possibles sur lesquels l’arbre et ses branches pourraient tomber.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *